Sermon sur la Montagne – Les Béatitudes

Les Béatitudes – Matthieu 5.1-10

1 Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne ; et, après qu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui. Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit :

Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux!
Heureux les affligés, car ils seront consolés!
Heureux les débonnaires [doux], car ils hériteront la terre!
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés!
Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde!
Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu!
Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu!
10 Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux!

 

Les premières fois que j’ai lu ce passage, j’en ai tiré la conclusion suivante des versets 3 à 6: il faut être pauvre, triste, mou, et être traité injustement.  Mais lorsqu’on creuse dans la parole de Dieu, on découvre des profondeurs inattendues.

Contexte

Ça se tient sur un plateau sur le flanc d’une montagne proche de Capernaüm, ville au bord de la mer de Galilée.  Jésus vient de guérir des personnes innombrables, venant de tout part (Tyr, Sidon, Judée, Décapole, la Syrie).  Une puissance sortait de lui et il les guérissait tous.  Luc 6.17-19, Luc 7.1, Mat 4. 23-25.  Il était entouré de ses disciples et il y avait une foule immense, probablement dans des milliers de personnes.

Imaginons la scène : Jésus vient de montrer la puissance de Dieu par de nombreux guérisons et de délivrances : il est assis sur le flanc de la montagne, entouré de ses disciples, et juste en bas d’eux se trouvent des milliers de personnes émerveillées par ces prodiges et toujours dans l’expectative.

 

  1. Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux !

Le mot grec employé pour pauvres est Ptochoi qui signifie humiliés, pauvres au point de mendier

Ce ne sont pas des gens qui sont prospères, autosuffisants, orgueilleux, mais des personnes qui sont abattues, brisées, déprimées, humiliés.

Le passage prophétique dans Esaïe 61.1 parlent de ses pauvres d’esprit :  L’Eternel m’a donné l’onction, il m’a envoyé pour porter de bonnes nouvelles à ceux qui sont humiliés.

C’est le même passage cité dans Luc 4.18 que Jésus lit dans la synagogue à Nazareth, lorsque on lui tend le rouleau de Esaïe :  l’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour guérir ceux qui ont le cœur brisé ; Pour annoncer la bonne nouvelle aux pauvres (Ptochoi)

L’attitude est bien expliquée dans Luc 18.9-14 Il dit encore cette parabole, en vue de certaines personnes se persuadant qu’elles étaient justes, et ne faisant aucun cas des autres: 10 Deux hommes montèrent au temple pour prier; l’un était pharisien, et l’autre publicain. 11 Le pharisien, debout, priait ainsi en lui-même: O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme le reste des hommes, qui sont ravisseurs, injustes, adultères, ou même comme ce publicain; 12 je jeûne deux fois par semaine, je donne la dîme de tous mes revenus. 13 Le publicain, se tenant à distance, n’osait même pas lever les yeux au ciel; mais il se frappait la poitrine, en disant: O Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur. 14 Je vous le dis, celui-ci descendit dans sa maison justifié, plutôt que l’autre. Car quiconque s’élève sera abaissé, et celui qui s’abaisse sera élevé.

Jacques 4.6 nous rappelle le Proverbe 3.34 Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles

 

  1. Heureux les affligés, car ils seront consolés !

Le passage prophétique dans Esaïe 61.2 parlent de ses affligés : Pour publier une année de grâce de l’Eternel, Et un jour de vengeance de notre Dieu ; Pour consoler tous les affligés;

Le mot grec pour affligés est penthountes qui signifie ceux qui sont dans le deuil

Jacques exprime la tristesse que nous devons ressentir à cause de notre état pécheresse. Jacques 4.9 Sentez votre misère ; soyez dans le deuil (Penthountes) et dans les larmes; que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse.

Dans le passage de Luc 7.36-50, nous voyons cette tristesse à l’œuvre : 37 Et voici, une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville, ayant su qu’il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d’albâtre plein de parfum, 38 et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait ; et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum.  Je pense que vous connaissez la suite – en tout cas je vous encourage à lire tout le passage.

 

  1. Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre !

Débonnaires signifie doux.  Jésus est doux : Matt 11.28-30 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos pour vos âmes. 30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

La douceur est un fruit de l’Esprit : Gal 5.22 Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi ;

Alors qui va hériter la terre ?  C’est Apo 5.9-10 qui nous explique … tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation; 10 tu as fait d’eux un royaume et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre.

 

  1. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés !

Le mot grec employé ici est dikaiosynen qui signifie justice ou vertu.

Non on ne cherche pas à obtenir une récompense pour une préjudice, mais on cherche plutôt la vertu, être vertueux

Deux versets très connus dans la lettre de Paul aux Romains mettent l’accent sur la justice

Romains 14.17 Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit.

Romains 6.18 Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.

« Faim et soif » nous rappelle un autre passage dans l’Evangile de Jean.  Jean 6.35 Jésus leur dit : Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif.   Jésus est lui-même la justice que nous cherchons

 

  1. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde !

Dans Mat 6.14-15, dans le même Sermon sur la Montagne, après avoir expliqué comment prier, Jésus ajoute ceci sur le pardon : Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi; 15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

Jésus explique que la miséricorde est beaucoup plus important que les actes de caractère religieux. Mat 9.11-13 Les pharisiens virent cela, et ils dirent à ses disciples: Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les gens de mauvaise vie? 12 Jésus les ayant entendus leur dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. 13 Allez, et apprenez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.  Là il cite le passage de Osée 6.6 Car j’aime la miséricorde et non les sacrifices, Et la connaissance de Dieu plus que les holocaustes.  Checed, le mot hébreu employé signifie faveur, miséricorde, bienveillance (ce dernier mot étant employé souvent dans les Psaumes)

Dans Mat 18.23-35 dans le parabole du serviteur impitoyable, Jésus conclut en disant, C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.

 

  1. Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !

Hébreux 12.14 est clair : Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur.

Esaïe a reconnu sa manque de sainteté lorsqu’il exclame dans Esaïe 6.5 Alors je dis : Malheur à moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armées.

En parlant de la Nouvelle Jérusalem dans Apo 21.27 Jésus nous révèle qu’Il n’entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l’abomination et au mensonge ; il n’entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l’Agneau.  Plus loin il dit dans Apo 22.3 Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville; ses serviteurs le serviront et verront sa face.

Mais d’où vient cette impureté ?  Jésus nous explique dans Marc 7.21-23 Car c’est du dedans, c’est du cœur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les débauches, les meurtres, 22 les vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie. 23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme.

Ainsi, Proverbes 4.23 nous exhorte, Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie.

 

  1. Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu !

Ceux qui procurent la paix – eirenpoios = faiseur de paix, pacifique

Est-ce qu’il faut être un négociateur pour la paix employé par les Nations Unies ?   Que faut-il faire pour être parmi « ceux qui procurent la paix » ?

Dans le même Sermon sur la Montagne,  Jésus explique ce qu’il faut faire pour être « fils de Dieu ».  Mat 5.43-45  Vous avez appris qu’il a été dit: Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. 44 Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux [qui vous maltraitent et] qui vous persécutent, 45 afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.

La paix est un fruit de l’Esprit : Gal 5.22 Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi ;

Romains 14.17 Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit.

Paul nous exhorte ainsi dans Romains 12.18 : S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes.

 

  1. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux !

Les deux versets qui suivent expliquent en plus de détail.  Mat 5.11-12 Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi.   Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux ;

Plusieurs d’autre passages dans les Evangiles parlent de persécutions.

Jean 15.18-21 Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. 19 Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. 20 Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. 21 Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé.

Mar 10.16-24 Jésus répondit: Je vous le dis en vérité, il n’est personne qui, ayant quitté, à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou sa mère, ou son père, ou ses enfants, ou ses terres, 30 ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci, des maisons, des frères, des sœurs, des mères, des enfants, et des terres, avec des persécutions, et, dans le siècle à venir, la vie éternelle.

 

Qu’est-ce qui manque dans cette liste de béatitudes ?

  •  Heureux ceux qui sont admirés et acclamés devant les hommes ?
  • Heureux les riches qui sont dans l’abondance, ayant une grande maison et des serviteurs ?
  • Heureux ceux qui sont en bonne santé, qui ne souffrent ni de maladies ni d’infirmités ?

Nous remarquons que les choses que nous considérons comme bénédictions ne figurent pas parmi les béatitudes de Jésus

Questions :

  1. De quoi parle Jésus ? Les béatitudes sont des œuvres à accomplir, les attitudes à adopter, un code de sainteté, ou quoi ?
  2. De qui parle Jésus ? Ces gens heureux, ce sont des croyants, des disciples ?
  3. De quel genre de discours s’agit-il ? Jésus fait une exhortation, une observation ?
  4. Quel rapport avec le salut, où la vie chrétienne ?

Nous avons constaté que le « car » suivant chaque béatitude est plus la plupart dans le futur, comme conséquence.

Nous avons remarqué une progression :

  • Les béatitudes 1 et 2 sont nécessaires pour avoir le cœur disposé afin de recevoir la parole de l’Evangile et accepter Jésus
  • Toute croyant né de nouveau devrait continuer à manifester ces mêmes béatitudes
  • Les béatitudes 3 à 7 sont des fruits de l’Esprit d’un croyant né de nouveau : il est difficile de les manifester pleinement sans l’aide du Saint Esprit.
  • La 8ème béatitude correspond au croyant qui se réjouit dans la communion des souffrances de Christ

Les béatitudes sont des vérités exposées par Jésus, mais au même temps en les écoutant, chaque croyant né de nouveau est interpellé par elles

Advertisements

Quelle valeur donnes-tu à tes péchés ?

Parfois nous nous décevons nous-mêmes car nous faisons de bonnes résolutions, nous faisons des efforts, mais nous tombons toujours dans les mêmes péchés, les mêmes égarements, les mêmes manquements.

Nous savons que notre vieil homme a été crucifié avec Christ (Romains 6.6), et nous savons que nous devons crucifier la chair (Galates 5.24), mais pourquoi est-ce si difficile ?  Pourquoi nous luttons contre le péché jusque ce que nous crions comme Paul : « Qui me délivrera de ce corps de mort ? » (Romains 7.24)

Comment puis-je crucifier ma chair ? Dois-je me punir, m’auto-flageller ou faire un grand effort pour y arriver ?

Crucifier la chair n’est-ce pas aussi contenu dans ceci : renoncer à soi-même, et se charger chaque jour de sa croix pour suivre Jésus (Luc 9.23) ?  Voici une réflexion qui pourrait t’aider.

Cette pensée est venue à mon esprit lorsque j’étais en train de méditer le passage dans Matthieu 19.16-26 où Jésus parle au jeune homme riche.   Le jeune homme voulait savoir s’il était justifié par ses bonnes œuvres en gardant les commandements, mais Jésus ajouta: Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux.  Puis viens, et suis-moi.  Jésus avait discerné que malgré son obéissance aux commandements cités, le jeune homme était trop attaché à ses biens matériels.

Pose-toi cette question : demain si Jésus me demande de vendre ce que je possède serais-je prêt à le faire ?  C’est sûr que nous hésiterions tous, avec des pensées telles que : comment pourrai-je acheter cette voiture qui me faciliterait tellement la vie ? ou comment pourrai-je vivre la retraite sans mes économies ?  Malgré cela, pour certains d’entre nous, si nous étions vraiment surs et certains que c’était bien Jésus qui nous avait parlé, alors nous serions prêts à obéir à sa demande de vendre nos biens et le suivre.

Mais si Jésus nous demandait seulement de cesser de pécher ?

Ne serait-ce pas facile à obéir ?  Il ne nous aurait pas demandé de vendre nos biens, mais juste de renoncer à nos péchés.  Es-tu si attaché à ce « petit péché » que tu ne peux l’abandonner pour suivre Jésus ?

Quel est ton péché ?

  • Convoiter ce que l’autre possède ?
  • Maltraiter son corps avec la cigarette, l’excès de table, la boisson ?
  • Se mettre en colère ?
  • Dans la rue, au travail, ou devant ton ordinateur regarder une femme pour la convoiter ?
  • S’irriter et s’impatienter au volant ou dans un fil d’attente ?
  • Parler mal des autres ou faire le commérage ?

Es-tu si attaché à ton péché que tu ne peux pas y renoncer pour Jésus ? Aimes-tu tellement ton péché que tu ne veux pas l’abandonner pour Jésus ?

Jésus demanda au jeune homme de vendre ses biens, mais il s’en alla tout triste ; car ses biens étaient d’une grande valeur (Matthieu 19.22).  Tes péchés ont-ils une si grande valeur, que tu es incapable de vivre ta vie sans eux ?

Quelle valeur donnes-tu à tes péchés ?